Réserve Naturelle Nationale Massif du Grand Ventron

Fiche d'identité

La Réserve Naturelle Nationale du Massif du Grand Ventron est située au cœur des Hautes-Vosges, le long de la crête secondaire, à cheval sur les versants alsacien et lorrain.

Modelés par les glaciers, les paysages de la Réserve se révèlent entre le col d’Oderen et le col de Bramont. Le site abrite un vaste domaine boisé, ponctué de clairières tourbeuses sur le versant vosgien, de chaumes secondaires sur les sommets et de grands éboulis rocheux sur les pentes haut-rhinoises.

De nombreuses espèces animales et végétales sont étroitement liées à cette diversité de milieux. Parmi elles, figurent des espèces rares et remarquables.

Chiffres clés

1981 : Le site est reconnu d'intérêt national dans l'inventaire des tourbières de France

1989 : signature du décret de création de la Réserve Naturelle

5 : communes concernées par la Réserve

27 : habitats naturels dont 6 classés d'intérêt communautaire prioritaire à l'échelle européenne

91 % : part de la forêt dans la Réserve Naturelle

400 ha : superficie de la Réserve Forestière Intégrale, laissée en libre évolution sans aucune exploitation

1574 : espèces inventoriées (faune, flore, fonge)

236 : espèces de lichens recensés

45 km : linéraire de sentiers balisés Club Vosgien

Caractéristiques

Date de création

22/05/1989

Type

Réserve Naturelle Nationale

Localisation

Wildenstein, Kruth, Fellering (haut-rhin)
Cornimont, Ventron (Vosges)

Superficie

1 647 ha

Altitude

720 à 1 204 mètres
(sommet du Grand Ventron)

Organisme gestionnaire

PNR Ballons des Vosges

Financeur

Ministère chargé de la protection de la nature
DREAL Grand Est

Personnel

Laurent Domergue, conservateur
Lucile Demaret, technicienne

FAQ

Dans les années 70, suite à l’intensification des recherches consacrées aux tourbières du Massif Vosgien le massif du Grand Ventron est reconnu d’intérêt national dans l’inventaire des tourbières de France (1981).
C’est après la destruction de la tourbière de la Lande, à La Bresse, pour la construction d’un barrage hydroélectrique au début des années 80, que l’Etat a souhaité, en mesure compensatoire, la mise en place de mesures réglementaires de protection sur les autres tourbières du Massif.
Ainsi la Réserve Naturelle du Massif du Grand Ventron vit le jour en 1989.
De quelques hectares prévus au départ autour du complexe tourbeux de Pourri-Faing, le périmètre de la Réserve Naturelle a été étendu à 1 647 ha afin d’y inclure également les forêts à caractère naturel situées sur les hauts de versants alsacien et les éboulis.
Le site protège aujourd’hui une diversité de structures et de milieux favorable à de nombreuses espèces à haute valeur patrimoniale.

La présence des chiens sur le territoire de la Réserve est autorisée uniquement s’ils sont tenus en laisse.
Quelque soit leur taille, les chiens sont perçus comme une menace par la faune sauvage. Ils peuvent détruire les couvées des oiseaux nichant au sol ou prendre en chasse un animal.

Le passage de nuit sous quelque abri que ce soit est interdit dans la Réserve. Il est donc interdit de dormir dans une tente, un arbi forestier ou encore un véhicule par exemple.
Cependant trois établissements proposent une offre d’hébergement sur la Réserve : l’Auberge du Grand Ventron, le Refuge du Club Alpin Français et la Ferme-Auberge du Felsach.

Du 1er décembre au 30 juin, la découverte de la Réserve Naturelle se fait uniquement à partir des sentiers balisés Club Vosgien et des voies ouvertes à la circulation des véhicules. Cette règle a été mise en place afin de limiter le dérangement de la faune sauvage particulièrement sensible en hiver (froid, manque de nourriture, déplacements plus difficiles dans la neige…) et au printemps (période de reproduction).
Dans certains secteurs, des portions de sentiers sont également fermées et déviées afin d’éviter les zones les plus sensibles qui peuvent être également dangereuses en hiver.

En période hivernale, les voies de circulation ne sont pas déneigées dans le périmètre de la Réserve Naturelle afin de maintenir une certaine quiétude sur le site pour limiter le dérangement de la faune sauvage particulièrement sensible en cette période.
Ainsi les points d’entrée dans la Réserve en hiver sont à partir du :
– col de Bramont
– col d’Oderen
– parking du chalet des Places à Ventron

Oui la cueillette des myrtilles est autorisée sur la Réserve, à condition de respecter certaines règles :
– la quantité est limitée à 3L/jour/personne
– l’utilisation du peigne ou de la rifle est interdite
La myrtille est une baie appréciée par tous. Elle constitue un apport d’énergie important pour de nombreux oiseaux qui préparent leur réserve de graisse pour passer l’hiver.

A l’heure actuelle, il existe une forte pression des ongulés sauvages : problèmes de régénération des essences en forêt, abroutissement de certaines espèces végétales par les chamois, notamment la myrtille, retournement des prairies par les sangliers. La pratique de la chasse vise à trouver un certain équilibre entre ces populations d’ongulés et la capacité d’accueil des milieux.
Des règles spécifiques pour encadrer la pratique de la chasse sont néanmoins appliquées sur la Réserve, au regard des enjeux de gestion du site (quiétude).