Bienvenue à Antoine Wagner !

Antoine rejoint l’équipe des Réserves Naturelles le temps d’un stage de 5 mois sur la thématique de l’équilibre agro-sylvo-cynégétique.

Actuellement en dernière d’école d’ingénieur en agronomie à AgroSup Dijon et en Master 2 ‘Sol, Eau, Milieux, Environnement’ à l’Université de Bourgogne, Antoine réalise son stage de fin d’études au sein de la Réserve Naturelle Nationale du Massif du Grand Ventron. L’objectif de ce stage est d’étudier l’équilibre agro-sylvo-cynégétique, c’est-à-dire l’harmonie devant exister entre les populations d’ongulés sauvages et leur milieu de vie, pour permettre la conciliation entre cette faune sauvage et les activités humaines, telles que l’agriculture et la sylviculture. Des effectifs trop importants de grand gibier peuvent en effet conduire à d’importants dégâts dans les forêts et les prairies vosgiennes, en plus de représenter une menace pour la biodiversité locale et de constituer un danger pour les populations humaines (risque de collisions routières, transmission de maladies, etc.).

Ce stage s’inscrit ainsi la démarche de mise en œuvre, à l’échelle des Hautes-Vosges, des indicateurs de changement écologique, qui sont des indices biologiques présentant un protocole normalisé et validé scientifiquement, utilisés en complément du suivi des prélèvements liés à la chasse déjà en place. Ces outils d’aide à la décision permettent de suivre sur plusieurs années trois paramètres distincts de l’équilibre agro-sylvo-cynégétique : l’abondance des populations de cerfs et de chamois (comptages nocturnes), la performance physique des cerfs tirés par les chasseurs (avec la masse corporelle des faons), ainsi que la pression exercée par les animaux sur la végétation (avec l’indice de consommation et l’indice d’abroutissement). Le déploiement de ces indicateurs sur le site du massif du grand Ventron est réalisé en associant les agents du parc, de l’Office National des Forêts et les chasseurs, afin de réaliser un suivi et une analyse partagés.

Dans ce contexte, ce stage vise à réaliser des relevés en forêt sur une série de placettes afin d’évaluer la pression exercée par les ongulés sauvages sur la végétation des bois au sein du massif du grand Ventron. Il a également pour objectif de parvenir à structurer un observatoire de l’équilibre entre la faune et la flore au sein de ce même massif, afin de permettre un suivi pérenne des populations de grand gibier et de leurs impacts sur la végétation dans son ensemble, en impliquant l’intégralité des acteurs concernés (forestiers, chasseurs, administration, etc.). Les données collectées au cours de ce stage seront ensuite analysées, afin de rechercher les principaux facteurs influant sur les dégâts de gibier en forêt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *