Réserve Naturelle Nationale Frankenthal Missheimle

Fiche d'identité

La Réserve Naturelle Nationale du Frankenthal-Missheimle est située au cœur des Hautes-Vosges, sur le versant alsacien du massif du Hohneck.

Longue de près de 6 km, elle représente, avec son caractère alpin marqué et ses cirques glaciaires, un des sites les plus prestigieux du massif. Un grand nombre d’habitats naturels forment une mosaïque de milieux : forêts à caractère subnaturel, escarpements rocheux et falaises, cirques glaciaires, chaumes, prairies et tourbières.

Haut-lieu de la botanique vosgienne, la Réserve Naturelle abrite de nombreuses espèces floristiques subalpines.

 

Chiffres clés

1850 : Kirschleger, botaniste alsacien originaire de Munster, avance l’idée d’un « Naturgarten » au Frankenthal

690 : espèces de la flore vasculaire dont 140 espèces remarquables

880 : espèces d’insectes connues

81 % : de forêt dans la Réserve Naturelle

413 ha : de Réserve Forestière Intégrale, laissée en libre évolution sans aucune exploitation

38 % : de la Réserve Naturelle fait l’objet d’une gestion forestière ou pastorale

50 km : de sentiers balisés sur la Réserve Naturelle

50 000 personnes : fréquentation moyenne du sentier des Roches entre le 1 er mai et le 11 novembre

Caractéristiques

Date de création

19/10/1995

Type

Réserve Naturelle Nationale

Localisation

Stosswihr,
Haut Rhin

Superficie

746 hectares

Altitude

690 à 1363 mètres
(sommet du Hohneck)

Organisme gestionnaire

PNR Ballons des Vosges

Financeur

Ministère chargé de la protection de la nature
DREAL Grand Est

Personnel

Emmanuelle Hans, conservatrice
Arnaud Foltzer, technicien

FAQ

L’idée d’une Réserve Naturelle dans le massif du Hohneck remonte au 19ème siècle, essentiellement en raison des plantes très rares à l’échelle du massif vosgien que l’on trouve ici. La Réserve Naturelle a été créée en 1995 pour protéger les milieux naturels, la flore et la faune dans un contexte de forte présence humaine.

L’outil Réserve Naturelle est un outil permettant de concilier la préservation d’écosystèmes d’exception avec des activités économiques et de loisirs importantes sur le site et à proximité.

La découverte du site peut se faire à partir des 50 km de sentiers balisés par le Club Vosgien. En dehors de ces itinéraires balisés, la circulation des personnes est interdite.

A condition d’être systématiquement tenus en laisse, la présence des chiens est tolérée. Néanmoins, certains itinéraires difficiles (Sentier des roches particulièrement) deviennent dangereux avec un chien.

Le bivouac, le campement sous tente, dans un véhicule ou dans tout autre abri sont interdits. Pour passer la nuit dans la Réserve Naturelle ou à proximité, plusieurs établissements accueillent du public : le refuge CAF des Trois-Fours, le refuge des crêtes, le refuge du ski-club au Schupferen ou encore l’auberge des Trois-Fours.

La pratique du VTT est autorisée sur les chemins balisés de plus de 2 mètres de large et les voies ouvertes à la circulation. La pratique est interdite partout ailleurs, en particulier sur les sentiers et le GR5.
Cette règlementation est la même pour la randonnée équestre.

Pour connaitre l’ensemble des règles à ce sujet, réferez-vous à la règlementation. La règle générale veut que les activités sportives et de loisirs soient autorisées dans la mesure où elles s’effectuent sur des sites ou itinéraires aménagés à cet effet et indiqués en conséquence.

La population de chamois dans le massif vosgien résulte d’introductions ayant eu lieu dans les années 1950. Ces animaux ont aujourd’hui colonisé l’ensemble des reliefs. Ils sont chassés depuis 1975. Le massif du Hohneck offre un milieu de vie favorable à cette espèce, qui s’est habituée à une fréquentation importante et les individus y sont donc beaucoup moins farouches qu’ailleurs. Il est strictement interdit de les nourrir ou de quitter les sentiers pour les approcher ou les photographier.

La pratique de la photographie animalière est autorisée, dans la mesure où elle se fait depuis les sentiers balisés. Elle ne doit pas entraver la pratique de la chasse, notamment celle du chamois dans les versants du Hohneck. Les paysages offrent aussi des sujets renouvelés au fil de l’année.

A l’heure actuelle, il existe une forte pression des ongulés sauvages : problèmes de régénération des essences en forêt, abroutissement de certaines espèces végétales par les chamois dans le cirque glaciaire du Frankenthal, retournement des prairies par les sangliers. La pratique de la chasse vise à trouver un certain équilibre entre ces populations d’ongulés et la capacité d’accueil des milieux.
Des règles spécifiques sont néanmoins appliquées, au regard des enjeux de gestion de la Réserve Naturelle.

La forêt a largement recolonisé les paysages des Hautes-Vosges depuis près d’un siècle. Le patrimoine naturel des hautes chaumes tel qu’il se présente aujourd’hui est le fruit de l’action agricole et des dynamiques naturelles, dont la recolonisation spontanée des espaces délaissés par l’agriculture en raison des difficultés d’exploitation.
Le gestionnaire assure le suivi de l’évolution des milieux naturels et des espèces qui les composent. Il peut conduire des actions visant à assurer la conservation du patrimoine naturel de ces milieux ouverts.